A première vue, on ne comprend pas pourquoi il est si difficile d’accepter les concepts Beljanski, et ses produits naturels, efficaces et non toxiques .

Cela ne devrait poser aucun problème. De très nombreux malades ont exprimé publiquement leur satisfaction. Des docteurs les conseillent. De nombreux articles publiés par des scientifiques d’instituts réputés ont confirmé leur activité, l’absence de toxicité et la synergie avec les chimiothérapies. Mais les oncologues ne veulent pas en entendre parler et la nomenclatura médicale est contre. On peut être surpris.

 Alors, tentons de voir de plus près ce qui complique.

Beljanski n’a pas trouvé ses produits par hasard. Il a tout d’abord créé l’Oncotest*, test biochimique permettant de suivre l’impact d’une substance sur la formation d’un nouvel ADN, et compare les cas d’ADN de cellules saines et cancéreuses .

L’Oncotest étudie la synthèse d’un nouvel ADN. C’est la toute première étape de la division cellulaire. Ce test a permis au chercheur de voir que tous les ADN des cellules cancéreuses présentent une certaine déstabilisation de l’ADN que l’ADN sain n’a pas. Sur des centaines de couples d’ADN isolés de tissus sains et cancéreux, Beljanski a montré que toutes les cellules cancéreuses  avaient  cette même caractéristique. (L’ADN des cellules  précancéreuse est aussi déstabilisé, moins que celui de ADN cancéreuses et plus que celui des cellules saines.) La déstabilisation de l’ADN est la caractéristique du cancer.

En outre, l’Oncotest détecte très précisément tous les potentiels toxiques ou cancérogènes. L’industrie ne veut pas cela ! Ce test représente un gros risque pour elle.

Quels sont les agents responsables de cette déstabilisation ? Les cancérogènes et toutes sortes d’agents polluants, les hormones aussi quand elles ne sont pas à la bonne dose (d’où les traitements anti-hormones) et plus étonnant… les chimiothérapies ! Et là, gros problème !!

La chimio à faible dose stimule la déstabilisation de l’ADN et à forte dose elle l’inhibe. Ces fortes doses sont donc nécessaires, mais très toxiques pour toutes sortes de cellules y compris les cellules de l’immunité, et causent de grandes souffrances aux malades.

A la fin du traitement chimique, le malade élimine peu à peu ces molécules toxiques et se retrouve dans les doses faibles, celles qui déstabilisent les ADN des nouvelles cellules en formation. Celles-ci seront à l’origine d’un nouveau cancer, quelques temps après cessation du traitement.

Admettre que la chimiothérapie puisse à certaines doses préparer les récidives du cancer est intolérable pour les oncologues. Ils préfèrent se voiler la face, ignorer. Et dénigrer les produits. A noter que tous ces faits sont scientifiquement bien établis et qu’aucun n’a été infirmé depuis plus de 30 ans !! Beaucoup sont confirmés.

La caractéristique des produits Beljanski est de se fixer sur les zones dépareillées des cellules précancéreuses ou cancéreuses et d’ empêcher l’ADN-déstabilisé de générer de nouvelles cellules. Il y a arrêt du  processus cancer, sans toxicité pour les cellules saines et pour le malade. D’où l’importance  extrême de continuer les traitements Beljanski quelques mois après l’arrêt des chimio (et de faire des cures).

La synergie entre la chimio et les produits Beljanski n’est possible que parce qu’en déstabilisant les ADN la chimio offre plus de sites pour fixer d’avantage de produits Beljanski. Cela ne rend pas le problème plus facile à accepter pour tous les tenants de l’orthodoxie thérapeutique !

La déstabilisation des ADN, largement confirmée, est responsable de l’augmentation fulgurante des cancers partout dans le monde. Sous l’effet de la pollution et des cancérogènes, elle est additive et cumulative. Elle détruit l’argument des sociétés polluantes disant qu’ils n’ont que des doses faibles de cancérogènes dans leur produit. Les instances officielles mondiales (genre OMS), sans complexe, annoncent que dans un proche avenir il y aura encore beaucoup plus de cas de cancers !!

Accepter un nouveau concept imposerait donc de bousculer très profondément les structures médicales très rentables, les carrières bien établies, les intérêts puissants. Depuis les années 1945 les concepts sur lesquels les empires des sociétés chimiques se sont bâtis sont que le cancer provient d’une mutation ( ce qu’on sait être inexacte maintenant). Mais sur cette base, il faut tuer les cellules en division rapide. D’où les toxicités monstrueuses des chimio et tant de souffrances des malades.

 Les médecins sont sous la constante menace d’un système qui refuse de changer, et ronronne sur ses dividendes. Très peu ont le courage de conseiller autrement leurs malades. Comme l’écrit  Boris Cyrulnik « Quand le pouvoir social devient totalitaire, tous les esprits doivent être conformes et se comporter de la même manière ».

­­­­­­­­­­­­______________________________________________________________________________

Synergie : chacun apporte sa contribution, mais ensemble vont plus loin que la simple additivité.

Oncotest : Test de dépistage des potentiels d’une substance dans la duplication de  l’ADN sain et cancéreux. Ce test utilise le système PCR (amplification d’ADN) que la police criminelle utilise pour amplifier l’ADN isolé de traces de sang, salive ou liquide séminale.

La déstabilsation de l’ADN implique une rupture de certaines liaisons hydrogènes qui maintiennent les deux brins de l’ADN bien appariés. L’ADN s’ouvre localement et ne fonctionne plus normalement.

On sait que les hormones peuvent déstabiliser les ADN cellulaires et stimuler le cancer. D’où des traitement anti-hormone.

B.Cyrulnik. La nuit j’écrirai des soleils. O.Jacob.

Pourquoi est-il si difficile de faire accepter les concepts Beljanski ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 − 6 =