Le Monde en ligne (mercredi 17 avril 19) nous informait que les laboratoires apportent aux médecins de hôpitaux et aux étudiant en médecine des petites douceurs… pour bien sceller l’amitié. Façon de venir jusque dans les centres de soins pour faire leur publicité. Selon le Monde la fréquence des contacts entre les étudiants de médecine avec l’industriel est si problématique et si fréquente que cela devient un vrai sujet d’inquiétude pour le gouvernement !!

On sait qu’en la matière, il en faut beaucoup pour émouvoir les instances gouvernementales en matière de collusions et conflits d’intérêts !

                                            Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Je connaissais une charmante dame, heureuse de vivre, toujours souriante et gaie.
Suite à quelques oublis, elle a voulu consulter.  Après quelques tests   à l’hôpital, le docteur lui a asséné : prémices d’un Azheimer !

Fini la joie de vivre, l’insouciance car on lui a aussi affirmé qu’aucun traitement n’existait pour enrayer le processus.

Depuis lors cette pauvre dame déprime et sombre dans l’anxiété.

Lorsqu’il n’y a pas de traitement pour une maladie aussi dramatique  que l’Alzheimer, pourquoi encourager les gens à courir dans les hôpitaux faire un tel diagnostic !

Si c’est pour compléter des listes de chiffres par département… c’est inutile et cruel.

                                                xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Je lis dans la presse que l’Institut Pasteur travaille sur la résistance des bactéries aux antibiotiques : ils cherchent à manipuler le génome de la bactérie normale de l’intestin (Escherichia coli) pour le forcer à créer une toxine contre la bactérie qui pose problème.
Je leur souhaite bonne chance, mais il leur en faudra beaucoup si leur toxine ne se dirige pas, un jour ou l’autre contre le malade lui-même !  Il me semble que c’est jouer à la roulette Russe et tenter le diable que de miser sur une méchante toxine pour traiter un malade, même si l’on pense que cette toxine n’attaquera que l’ennemi à combattre!

C’est une obsession que de miser sur l’effet toxique ou poison d’une substance pour en faire un médicament. Les chimiothérapies avec ses cortèges d’effets indésirables * sont conçues sur cette même vision et ce n’est pas une grande réussite pour les malades, quoi qu’en disent les publicités !

L’organisme a besoin des bonnes bactéries de notre flore intestinale. Elle sont la source de nos défenses immunitaires. Commencer à les manipuler déglinguera l’immunité du patient.

Les mauvaises langues diront que cela fera de nouveaux clients pour les hôpitaux. si

ce projet sera retenu par les « responsables » de la santé publique !.

  • On « découvre»  seulement maintenant que le 5 -FU tellement utilisé en cancérologie est dangereux pour les malades !!!
Au fil des jours…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept − sept =