Blog Mirko.

Dans les ancien Dialogue de ce qui allait devenir CIRIS (janvier 1988), j’ai retrouvé divers articles de Mirko Beljanski. Le premier petit article a été mis sur mon blog.
Voici la conclusion du second article, beaucoup plus long.

Titre : Activation et inactivation des gènes.  Conclusion temporaire

La recherche scientifique n’est jamais terminée. Tant que la vie et la possibilité de travailler nous sont données, il reste beaucoup à faire. Aussi, toute conclusion n’est que temporaire. Cependant l’ensemble de nos recherches dégage quelques principes biologiques fondamentaux et comme tels, exploitables sur le plan pratique. Ce fut l’un de nos objectifs lorsqu’au prix d’efforts d’autant plus gigantesque que nos moyens matériels étaient petits, nous étudiâmes de très nombreuses interactions biologiques et enzymatiques, tant dans les ADN ou cellules de mammifères, qu’ADN ou cellules de plantes, de bactéries ou de virus. Ceci nous a permis de nous affranchir des spécificités d’un matériel donné et de dégager des principes biologiques généraux.

De cet ensemble de nos recherches, deux grandes perspectives se dégagent, chacune pouvant ultérieurement se ramifier en de applications diverses.

  1. Par l’intermédiaire de petites molécules biologiques naturelles, il est possible de palier, protéger, favoriser des synthèses souhaitables dans le but d’un bon équilibre biologique ; les R.L.B. (actuellement appelés RealBuild ) en sont une jolie démonstration, mais nous savons qu’il est possible d’appliquer ce principe à d’autres interactions cellulaires. Les besoins en ce domaine ne manquent pas : relancer les synthèses des globules rouges, relancer les synthèses des cellules vieillissantes, celles des cellules nerveuses … autant de problèmes qui doivent trouver une solution. Ralentir  l’expression de certains gènes, par des régulateurs appropriés, est aussi du domaine du possible.
    L’application de cette stratégie n’est pas uniquement à visées thérapeutiques. Elle peut aussi être transposée à l’agronomie, à l’élevage animal ou à la protection contre les radiations ou les ultra-violets.
  2.  Autre grande perspective qui se dégage de nos recherches est la vision de thérapeutiques sélectives ciblées, focalisées sur la cellule à détruire, ou à museler. Ici aussi le principe doit rester largement ouvert et les moyens multipliés. La cellule a mille ruses pour déjouer ses ennemis. Elle sait, comme les bactéries et les virus, détourner l’obstacle, développer des résistances…Il faut donc. Envisager une stratégie large attaquant en de multiples points. Par exemple, dans le cas de la lutte contre les virus, il faut à la fois entraver le virus lui-même, bloquer sa multiplication, bloquer les enzymes de transcription (ou d’intégration dans la cellule hôte) si l’on veut être en bonne position pour protéger l’organisme sans endommager les tissus sains.

Basées sur des résultats concrets déjà obtenus, grâce en partie au minutieux travail multidirectionnel que nous avons réalisé au cours des trente dernières années, toutes ces nouvelles perspectives s’ouvrant devant nous sont concevables. Mais seul un travail continu, acharné, vigilant, permettra d’exploiter ces nouvelles stratégies afin d’améliorer, protéger, assurer à la nature et à l’homme une survie de qualité.

                                                                       Mirko Beljanski

                                                      Directeur de Recherches au C.N.R.S.

Ce qu’écrivait Mirko Beljanski en 88

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + 5 =